Praxis

De la hiérarchie

Tout comme l'Eglise Catholique Romaine nous ne fonctionnerons pas sur une base démocratique. Nous considérons en effet que la démocratie n'est qu'une forme de légitimité parmi d'autres. Or cette forme n'est pas du tout adaptée lorsqu'il s'agit de bénévolat. Un bénévole s'engage dans des œuvres ou des actions qui lui conviennent. C'est donc lui seul qui décide de ce qui lui plait et de ce qui lui déplait et nulle assemblée ne saurait, à la majorité, le contraindre à faire ce qui ne lui plait pas. Quelqu'un qui fonde un groupe, un mouvement, une œuvre caritative, devrait rester maître de ce qu'il a créé. Il tirera alors sa légitimité des résultats obtenus. Il sera cependant souhaitable qu'en maintes occasions, il demande conseil à ses amis, mais en dernier ressort, la décision lui appartiendra. En outre, il sera bien inspiré de déléguer des responsabilités et de laisser des initiatives à ceux sur qui il sent qu'il peut se reposer.

En tant que "Patriarche", mon rôle consistera principalement à veiller à ce que l'"Ecclesia Christianitatis" ne dévie pas de sa mission originelle ni ne soit récupérée à d'autres fins, idéologiques ou politiques. Je m'efforcerai aussi de mettre un peu d'huile dans les rouages quand cela s'avérera nécessaire.

S'agissant de l'église proprement dite, la hiérarchie se formera d'abord sur la base du volontariat, avec comme principe: "Premier arrivé, premier servi.

Cette première hiérarchie sera formée de "prieurs" ( le "prieur" n'est pas "celui qui prie", mais le "premier", du latin "prior"), et son rôle consistera surtout à accueillir les nouveaux fidèles et de coordonner un peu nos débuts dans la région dont il aura la charge. Ensuite, il y aura des chanoines, des vicaires, des archidiacres et des diacres, etc.

Mais cette Eglise Christianiste ne sera qu'une enveloppe vide, une simple référence pour ceux qui voudront s'engager plus avant. Les fidèles seront donc vivement encouragés à créer des ordres, des confréries, des œuvres etc.…

Chaque fidèle pourra se lancer dans la fondation d'un ordre ou d'une confrérie dont il sera le "grand maître". Il ne tiendra qu'à lui que son enfant grandisse et devienne un grand pilier de notre Eglise. Il sera "seul maître à bord après Dieu" et ne pourra être contesté que par l'Eglise elle-même (c'est à dire moi-même) dans les cas où il dévierait trop des principes fondamentaux de notre Eglise (en devenant par exemple une succursale pure et simple d'un parti politique ou s'il servait à l'enrichissement personnel de son/ses dirigeant/s; Les armes de l'Eglise dans ce cas seront d'abord le conseil privé, puis l'"admonitio" publique, et enfin l'excommunication). Ainsi, de nombreux groupes naîtront (du moins faut-il le souhaiter) parmi lesquels certains ne dépasseront jamais deux ou trois membres tandis que d'autres deviendront de véritables institutions avec plusieurs centaines de membres, selon les capacités et le génie propre du "grand-maître" et de ses associés.

Ainsi s'établira une hiérarchie spontanée et naturelle fondée sur le talent et le savoir-faire. Tous ces groupes seront naturellement fédérés au sein de l'Eglise de Chrétienté, aussi devront-ils respecter quelques principes de bases sans lesquelles ils risqueraient de nuire à l'image de l'Eglise et donc à tous les autres groupes.


Nb de visiteurs:83023
Nb de visiteurs aujourd'hui:19
Nb de connectés:1