Praxis

La pratique du chapelet

La pratique du chapelet, dit aussi "rosaire", a pratiquement disparu depuis plus d'un demi-siècle, du fait d'abord de la déchristianisation, mais aussi d'un tropisme moderniste des catholiques "réformés" à la suite de Vatican II. Pour les catholiques modernes, ce petit instrument de piété à un côté un peu trop "ringard". Raison de plus pour que nous l'adoptions avec enthousiasme!
Il fait incontestablement partie d'un certain folklore archéocatho que nous aurons à cœur de remettre à l'honneur.
Mais surtout, il sera pour nous un excellent outil de prédication.
Chaque chrétien est donc invité un en porter toujours un sur lui. Ainsi, lorsqu'en réunion avec d'autres gens il souhaitera faire un peu de prosélytisme, il lui suffira de sortir son petit chapelet de sa poche et de commencer à l'égrener machinalement pour susciter la curiosité et attirer les questions. En effet, sauf à imiter la prédication presque agressive de certaines sectes américaines comme les évangélistes, il est difficile d'amener un tel sujet sur le tapis à brûle-pourpoint, et l'apparition de ce petit instrument, si insolite dans notre monde moderne, aidera à délier les langues.
Telle sera, principalement, notre utilisation du chapelet. Pour le reste, nous nous en servirons plutôt à la manière des moulins à prière tibétains: Le passage de chaque grain entre les doigts vaudra pour un "Pater", un "Ave" ou un "Gloria", sans qu'il soit nécessaire de les réciter mentalement, sauf peut être une fois chacun, histoire de se les remémorer. Mais cette pratique, dans les lieux publics (train, bus, métro, etc.), sera surtout une manière de dire silencieusement mais fièrement aux autre: "Je suis chrétien! Telle est ma gloire, mon espérance et mon soutien…".
On poura aussi exhiber le chapelet comme une sorte de talisman contre le mauvais sort: en en suspendant un au rétroviseur de sa voiture, par exemple, comme cela se fait encore couramment dans certains pays du sud de l'Europe. Là encore, ça fleure bon son catholicisme traditionnel et populaire. Ne nous en privons donc pas: ça énnervera les laïcistes bien pensants qui nous regarderont du haut de leurs "lumières".
On l'aura compris, le chapelet est un objet très important dans la pratique christianiste, et j'invite chaque fidèle à s'en procurer un ou plusieurs sans tarder (on en trouve à très vil prix sur eBay). Même si notre manière de nous en servir s'écarte beaucoup de la récitation classique du rosaire, nous apprendrons quand-même à le faire, ne serait-ce que pour pouvoir participer, quand l'occasion se présentera, à telle ou telle manifestation organisée par d'autres catholiques traditionalistes, et qui comporte souvent la récitation du rosaire à haute voix.
Pour en savoir plus sur le rosaire, lisez l'article de Wikipedia qui lui est consacré:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mystère_du_rosaire
Vous y apprendrez plein de choses fort intéressantes sur l'usage du chapelet dans l'histoire: par exemple comment les prostituées, tout comme les dominicains et d'autres ordres, ainsi que le roi Henri III et ses conseillers, le portaient pendu à la ceinture, tandis que les membres de la Sainte Ligue le portaient ostensiblement autour du cou, comme signe de reconnaissance, et comment on lui a attribué le mérite de la victoire de Lépante contre les musulmans.
Autant de bonnes raisons pour nous d'adopter ce petit objet de culte. Le sortir de sa poche et l'égrener est déjà un acte de résistance.


Nb de visiteurs:80611
Nb de visiteurs aujourd'hui:5
Nb de connectés:1